Médias parlant des Ultras

Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Médias parlant des Ultras

Message par Guizmo le Sam 12 Avr - 20:13

Les mômes du Parc.

«On n'est pas tous des fachos».

Ils aiment le club de foot le plus mal aimé de France. Ils forment une famille. Ils sont les supporters blacks, blancs, beurs du Paris Saint-Germain. Bienvenue chez les Supras.

Comme d'habitude, on est parti en retard, et la fumée des pétards monte dans le bus comme un doux brouillard. La recette du déplacement réussi, quand les Supras Auteur ! s'en vont soutenir le PSG à Nancy : de l'alcool et du cannabis à profusion. On se mettra minable si Paris gagne, même si ça se fait rare. «Au début, tu viens pour le ballon, raconte Selim. Au bout d'un moment, tu es là pour le groupe, ça te suffit presque.» Selim est bien. Il couve les siens d'un oeil tendre. Ceux qui s'arsouillent, ceux qui fument... Didier le vétéran, un titiquinquagénaire, encyclopédie du Paname d'avant... Momo, un géant barbu, star de Skyrock à 21 ans, icône adolescente et partenaire de Difool à l'antenne, presque embarrassé d'être quelqu'un : «Ici, je suis Momo des Supras !» Selim sourit. C'est la famille.
Selim a 24 ans. Il est un leader au charisme ironique, vanneur et protecteur à la fois. «Ca te fait mûrir, quand tu as ces responsabilités.» Le PSG fut une passion d'enfance. Une autorisation arrachée à maman, un premier abonnement au Parc, tribune Boulogne : le virage historique des fans à l'anglaise, de rude réputation, aujourd'hui stigmatisé pour la banderole anti-Ch'tis. «Il y avait quelques petits cons qui se la jouaient «white power». C'était usant.» A 16 ans, Selim a traversé le stade. Il s'est posé côté Auteuil, la tribune black-blanc-beur. Il est devenu Supra.
C'est leur histoire à tous, les mômes du bus. Tu rentres dans le groupe, il devient ta vie. Fêtes, galères, embrouilles et solidarité... Ca peut te perdre, mais te sauver aussi. En terminale, Selim allait se paumer. «Je séchais les cours, tout ce qui m'intéressait, c'était les déplacements, les Supras, le PSG !» A deux semaines des épreuves, un grand frère, Tec, l'a appelé : «Tu passes le bac ou je t'explose.» Selim a passé le bac. Aujourd'hui, il vit en couple et termine ses études d'histoire. Selim planche sur «le mouvement populaire pendant la Révolution». On est en plein dedans. La parole au peuple, l'auto-organisation... Les Supras louent un local à Saint-Denis. Un baby-foot, des photos de «tifos», ces animations qui enflamment la tribune. Un bar. C'est chez eux. On y passe pour le plaisir. Parfois on y squatte, le temps d'une galère. Ceux qui vont bien aident les autres. Selim a remis au boulot un copain qui coulait. «On lui a interdit de boire. Il avait honte devant nous.» On aime le PSG, que personne n'aime en France. Et on s'aime entre soi.

«Quand j'étais jeune, j'étais dur, malheureux, je pensais qu'on ne pouvait pas m'aimer, raconte Ismael, 21 ans, un gentil Hercule au visage rond. J'ai découvert que je pouvais construire quelque chose avec les autres aux Supras.» Avant les matchs au Parc, Ismael organise l'installation des banderoles. L'an dernier, il a failli mourir du foot, dans le délire d'un but marqué, quand un copain enthousiaste lui est tombé sur le cou. «J'ai eu deux cervicales brisées. Des Supras ont appelé mes parents pour les rassurer. C'est ça, une famille, on prend soin les uns des autres...»
De la fameuse finale de la Coupe de la Ligue contre Lens, Selim et Ismael ont raté la première mi-temps. Ils faisaient le guet pour protéger le groupe, inquiets de la tension d'avant-match. On s'était battu devant le stade entre supporters et policiers. «La police a fait plus de 100 blessés. Les flics en civil, supporters de Paris, ont même porté plainte contre leurs collègues !» C'est cette ambiance qui a marqué Selim, pas la banderole du scandale. L'indignation générale l'a exaspéré. «II y a eu des dizaines de vraies occasions pour sanctionner les extrémistes de Boulogne depuis des années !» Exemple ? Il y a quelques semaines, un chauffeur de bus maghrébin avait abandonné des supporters de Boulogne à Marseille, tant les injures racistes l'avaient exaspéré. «Mais ça n'a pas été filmé, contrairement à la banderole, constate Selim. A Boulogne, le racisme est diffus, mais il est loin des caméras, et on s'en arrange. Mais c'est bien plus grave qu'une blague pourrave sur les Ch'tis !»

Selim est supporter et dialecticien. Ce dimanche, en route vers Nancy où le PSG va perdre, on refait les matchs. On applaudit les fans niçois qui ont retourné le scandale en moquant leur propre ville : «Escrocs, mafieux, putes, camés, messieurs les Ch'tis, bienvenue à Nice.» On se marre en pensant aux banderoles débiles qu'on a faites. La pire ? «Carglass remplace votre visage en vingt-quatre heures.» C'était pour Ribéry le balafré, alors à l'OM. «On est cons, quand même : Ribéry, je l'aime bien !» Ou les vannes qu'on a subies : «Pédos Sados Gays» à Marseille, où l'on reçoit aussi des briques sur la gueule, mais pas tout le temps. Un jour, Momo - le héros de la radio - y a même rencontré des frères. «Un ramadan, j'ai fait le déplacement à l'OM. J'ai demandé à des employés du stade à quelle heure finissait le jeûne chez eux. Ca les a scotchés qu'un ultra du PSG soit musulman. Ils pensaient qu'on était tous des fachos.» Ils avaient tort.

Claude Askolovitch
Le Nouvel Observateur
Guizmo
Guizmo

Nombre de messages : 420
Club : Paris Saint Germain Football Club
Tribune / Groupe : Virage 1991 Auteuil
* : Médias parlant des Ultras 868ul3

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par fczp_casual le Sam 12 Avr - 23:55

mouais le virage auteuil c'est clairement antifa donc je sais pas de quoi sont-ils en train de parler...
j'aime pas trop la façon dont ils racontent les choses: "on est pas tous fachos, y'a aussi les antifa" - on peut sortir une grosse publicité pour le mouvement gauchiste...
et c'est toujours comme ça dans les médias: quant "on se joue" white power ce sont des petits cons, et quant on est militant communiste, bon, tout le monde ferme les yeux...
en russie ils sont en train de faire des hit-parade des baches et de tifos dans le journal sportif quotidien, les gens qui sont à peine au courant du mouvement et ces enjeux racontent des fois des conneries incroyables.
franchement, je suis contre la popularisation du mouvement, c'est ce que est en train de se passer partout Sad
fczp_casual
fczp_casual

Nombre de messages : 185
Age : 31
Club : Zenit
Tribune / Groupe : e11even

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Guizmo le Dim 13 Avr - 0:15

Putain mais tu peux pas arreter de l'ouvrir pour rien dire.Demande au Karsud si ils sont comme tu dis "Antifa" et/ou communiste.Apprends à connaitre un minimum le mouvement à Paris,ça t'éviteras de dire des absurdités.
Guizmo
Guizmo

Nombre de messages : 420
Club : Paris Saint Germain Football Club
Tribune / Groupe : Virage 1991 Auteuil
* : Médias parlant des Ultras 868ul3

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par sanpaolo13 le Dim 13 Avr - 16:53

Je ne trouve pas tres "fair play" de descendre un autre groupe de ton stade dans les medias .
A moins que ce journaliste ne leur ait pas tout dit sur son article , ce qui m'etonnerais pas .
Les supras l'ont ils lu ?

sanpaolo13

Nombre de messages : 61
Club : OM
Tribune / Groupe : cosa ultra
* : Médias parlant des Ultras 866uh9

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par fczp_casual le Dim 13 Avr - 19:15

Guizmo a écrit:Putain mais tu peux pas arreter de l'ouvrir pour rien dire.Demande au Karsud si ils sont comme tu dis "Antifa" et/ou communiste.Apprends à connaitre un minimum le mouvement à Paris,ça t'éviteras de dire des absurdités.
ça me dira pas beaucoup de choses, beaucoup de groupes se declarent apo mais ne le sont pas en vérité. pourtant chez les supras y'a beaucoup d'antifa, qui ont choisi ce groupe comme l'opposition aux boys.
fczp_casual
fczp_casual

Nombre de messages : 185
Age : 31
Club : Zenit
Tribune / Groupe : e11even

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par pesca.bg le Dim 13 Avr - 19:25

franchement il est bien l article pour une fois que sa n' enfonce pas les ultras. Pouce
pesca.bg
pesca.bg

Nombre de messages : 245
Club : LYON
Tribune / Groupe : exilé
* : Médias parlant des Ultras 865pb4

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par BZS le Dim 13 Avr - 23:32

Mais putain , Antifa veut pas dire forcément Communiste !!! Mad Le raccourci est trop facile !
BZS
BZS

Nombre de messages : 206
Club : S.R.F.C
Tribune / Groupe : Partout et nulle part
* : Médias parlant des Ultras 884dq7

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Magnus Military le Dim 13 Avr - 23:38

BZS a écrit:Mais putain , Antifa veut pas dire forcément Communiste !!! Mad Le raccourci est trop facile !
Par contre,communiste veut dire antifa. Razz
Magnus Military
Magnus Military

Nombre de messages : 63
Club : Brest
Tribune / Groupe : RDK
* : Médias parlant des Ultras 2061hq0

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par BZS le Dim 13 Avr - 23:41

Dans l'idéal ouais mais bon je vais pas te citer les exemples contradictoires de certaines gloires à moustache rouge !!! Rolling Eyes
BZS
BZS

Nombre de messages : 206
Club : S.R.F.C
Tribune / Groupe : Partout et nulle part
* : Médias parlant des Ultras 884dq7

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Magnus Military le Lun 14 Avr - 0:39

BZS a écrit:Dans l'idéal ouais mais bon je vais pas te citer les exemples contradictoires de certaines gloires à moustache rouge !!! Rolling Eyes
Inutile en effet..... Evil or Very Mad
Magnus Military
Magnus Military

Nombre de messages : 63
Club : Brest
Tribune / Groupe : RDK
* : Médias parlant des Ultras 2061hq0

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Guizmo le Lun 14 Avr - 1:27

fczp_casual a écrit:
Guizmo a écrit:Putain mais tu peux pas arreter de l'ouvrir pour rien dire.Demande au Karsud si ils sont comme tu dis "Antifa" et/ou communiste.Apprends à connaitre un minimum le mouvement à Paris,ça t'éviteras de dire des absurdités.
ça me dira pas beaucoup de choses, beaucoup de groupes se declarent apo mais ne le sont pas en vérité. pourtant chez les supras y'a beaucoup d'antifa, qui ont choisi ce groupe comme l'opposition aux boys.

Pour une fois je suis d'accord avec toi...
Sinon le topic,c'est pour parler des médias pas des rouges et compagnie,on va pas recommencer. Cool
Guizmo
Guizmo

Nombre de messages : 420
Club : Paris Saint Germain Football Club
Tribune / Groupe : Virage 1991 Auteuil
* : Médias parlant des Ultras 868ul3

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par BZS le Lun 14 Avr - 7:57

Voilà ce que j'ai trouvé ce matin su le site de FF !!! Comme quoi la banderole deployée hier soir à Auteuil est de bon ton ... Voyant le titre de l'article je me suis dis, tiens , le mec a dû se faire choper pour une baston ou une embrouille avec les flics ... Ba non ... C'est grave docteur ???

Le titre de la brève : Un Supporter Nancéien poursuivi ...

En marge de Lille - Nancy (2-1), un supporter lorrain, mineur, a été placé en garde à vue samedi et sera convoqué par la justice pour avoir tracé un tag injurieux dans l'enceinte du stade de Villeneuve-d'Ascq. «Enervé d'avoir été insulté par les (supporters) lillois, il est allé écrire "pédophiles" dans des toilettes» du Stadium Lille Métropole à la mi-temps de la rencontre, a précisé à Mélanie Belot, substitut du procureur à Lille.

Le jeune homme, dont l'âge n'a pas été précisé, a été relâché et récupéré par sa mère à l'issue de sa garde à vue pour «dégradation par tag». Il n'a «aucun antécédent» et est convoqué à la mi-mai devant un délégué du procureur de Nancy qui pourrait requalifier les faits en retenant le caractère injurieux de l'inscription. (Avec AFP)

Franchement, "les journaleux" se branlent vraiment avec rien ... Shocked
BZS
BZS

Nombre de messages : 206
Club : S.R.F.C
Tribune / Groupe : Partout et nulle part
* : Médias parlant des Ultras 884dq7

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par raf987654321 le Lun 21 Avr - 1:54

C'est sur que l'article est bien, pour une fois qu'il ne taille pas les ultras' ca fait plaisir, même si tout est pas vrai dans ce qu'ils disent ...
raf987654321
raf987654321

Nombre de messages : 91
Club : Olympique Lyonnnais
Tribune / Groupe : Virage Sud
* : Médias parlant des Ultras 865pb4

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Guizmo le Lun 29 Sep - 12:13

Very Happy

À Livourne, la vie en rouge
Football . Loin de l’image du supporter italien fascisant, les ultras de Livourne ne jurent que par le drapeau rouge, entre folklore et véritable engagement.

Livourne (Italie),

correspondance particulière.

Pour les ultras de Livourne, le mois de mai aura été marqué par deux coups durs : la relégation en deuxième division (série B) du club amaranto après quatre saisons en série A et le retour aux affaires de Silvio Berlusconi. Car dans le virage nord du stade Armando-Picchi, football et politique se conjuguent aux rouges accents de la gauche : Igor Protti et Cristiano Lucarelli, attaquants légendaires du club, côtoient Lénine et Che Guevara dans le coeur des supporters.

Dimanche 7 septembre, l’AS Livourne Calcio joue son premier match à domicile de la saison face à Mantoue. Malgré la descente en série B, certains ultras n’ont rien perdu de leur ferveur et se réunissent à l’entrée du stade plusieurs heures avant le match. Les camelots aussi sont là et proposent les derniers accessoires du parfait supporter livournais : tee-shirts et écharpes amarantes à l’effigie du « Che » ou drapeaux de l’URSS.

Faucille et marteau tatoués sur le bras

Spontanément, les ultras se montrent méfiants à l’égard des journalistes et beaucoup gardent le silence. Pas Riccardo, la quarantaine, crâne rasé et imposant tatouage faucille et marteau sur le bras droit. Sa passion pour Livourne remonte à 1972, la première fois où son père l’a emmené au stade. Depuis, soutenir son club est « une véritable foi, une passion, une flamme qui ne s’éteindra jamais ». Et l’extrême gauche reste une évidence : « Le Parti communiste italien est né à Livourne (le 21 janvier 1921 - NDLR) et c’est une ville populaire. Comment les supporters pourraient-ils ne pas être d’extrême gauche ? »

Aujourd’hui, le PCI n’existe plus, remplacé en 1991 par le Partito della Rifondazione Comunista (PCR). Et ce dimanche-là, à quelques encablures du stade, s’achève justement la fête de la fédération livournaise du PRC. L’occasion de voir ce que pensent les militants de l’engagement politique des supporters locaux. Alessandro Trotta, secrétaire général de la fédération, constate que « certains militent, notamment à la Rifondazione Comunista, mais c’est loin d’être massif. La mentalité de kop rend les ultras très indépendants, même s’ils ont une sensibilité d’extrême gauche. » Alessandro Trotta reconnaît qu’au-delà du folklore, « les supporters ne sont pas assez cadrés politiquement. On s’en rend compte quand on les entend parfois faire référence à Staline ».

« Reviens Grosse Moustache ! »

Staline, Niccolo Gherarducci (22 ans) l’arbore sur son tee-shirt. Mais sous la figure du dictateur soviétique, l’expression « Adarveni Baffone ! » (« Reviens Grosse Moustache ! ») explicite la dérision. Niccolo est supporter de Livourne et responsable de Jeunes communistes à Rosignano, une commune voisine. Lui aussi explique que si « la plupart des supporters sont sympathisants, très peu s’engagent dans un parti politique ». Et pour cause, selon lui : « L’État essaie d’enfermer la contestation dans les stades, en mettant en avant la violence des ultras, qui ne font souvent que répondre aux provocations policières. »

Ce soir-là, l’ambiance est plutôt bon enfant dans les travées du stade Picchi qu’une petite dizaine de milliers de spectateurs remplit à moitié. Au bas du virage nord, une banderole rend hommage en français aux deux supporters de l’Olympique de Marseille décédés deux semaines auparavant dans un accident de car. Les ultras de Livourne ont des liens avec des groupes de supporters d’extrême gauche de l’OM, de l’AEK d’Athènes ou encore du FC St-Pauli. Le fameux internationalisme prolétarien… À l’inverse, Riccardo assure qu’« à Livourne, personne ne supporte l’équipe nationale. »

En revanche, samedi, tout le monde est sur le pont pour faire face, à Pise, l’ennemi héréditaire. Les chants des ultras livournais ont accompagné ce derby comme à son habitude très engagé (5 cartons jaunes à 3, pour les locaux). La folie a gagné les tribunes quand Diamanti a ouvert le score sur penalty à la 73e minute. Une joie vite douchée sept minutes plus tard par l’égalisation adverse de Genevier… sur penalty. À l’issue de cette quatrième rencontre de la saison, Livourne se retrouve sixième ex aequo de série B, à quatre points du leader Albinoleffe. Difficile après ça d’entonner le festif et traditionnel Bella Ciao. Ce sera pour plus tard. Pour la révolution, ou, plus certainement, la remontée en première division.

http://www.humanite.fr/2008-09-22_Sports_A-Livourne-la-vie-en-rouge
Guizmo
Guizmo

Nombre de messages : 420
Club : Paris Saint Germain Football Club
Tribune / Groupe : Virage 1991 Auteuil
* : Médias parlant des Ultras 868ul3

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Invité le Dim 12 Oct - 0:11

Guizmo a écrit:Very Happy

À Livourne, la vie en rouge
Football . Loin de l’image du supporter italien fascisant, les ultras de Livourne ne jurent que par le drapeau rouge, entre folklore et véritable engagement.

Livourne (Italie),

correspondance particulière.

Pour les ultras de Livourne, le mois de mai aura été marqué par deux coups durs : la relégation en deuxième division (série B) du club amaranto après quatre saisons en série A et le retour aux affaires de Silvio Berlusconi. Car dans le virage nord du stade Armando-Picchi, football et politique se conjuguent aux rouges accents de la gauche : Igor Protti et Cristiano Lucarelli, attaquants légendaires du club, côtoient Lénine et Che Guevara dans le coeur des supporters.




Dimanche 7 septembre, l’AS Livourne Calcio joue son premier match à domicile de la saison face à Mantoue. Malgré la descente en série B, certains ultras n’ont rien perdu de leur ferveur et se réunissent à l’entrée du stade plusieurs heures avant le match. Les camelots aussi sont là et proposent les derniers accessoires du parfait supporter livournais : tee-shirts et écharpes amarantes à l’effigie du « Che » ou drapeaux de l’URSS.

Faucille et marteau tatoués sur le bras

Spontanément, les ultras se montrent méfiants à l’égard des journalistes et beaucoup gardent le silence. Pas Riccardo, la quarantaine, crâne rasé et imposant tatouage faucille et marteau sur le bras droit. Sa passion pour Livourne remonte à 1972, la première fois où son père l’a emmené au stade. Depuis, soutenir son club est « une véritable foi, une passion, une flamme qui ne s’éteindra jamais ». Et l’extrême gauche reste une évidence : « Le Parti communiste italien est né à Livourne (le 21 janvier 1921 - NDLR) et c’est une ville populaire. Comment les supporters pourraient-ils ne pas être d’extrême gauche ? »

Aujourd’hui, le PCI n’existe plus, remplacé en 1991 par le Partito della Rifondazione Comunista (PCR). Et ce dimanche-là, à quelques encablures du stade, s’achève justement la fête de la fédération livournaise du PRC. L’occasion de voir ce que pensent les militants de l’engagement politique des supporters locaux. Alessandro Trotta, secrétaire général de la fédération, constate que « certains militent, notamment à la Rifondazione Comunista, mais c’est loin d’être massif. La mentalité de kop rend les ultras très indépendants, même s’ils ont une sensibilité d’extrême gauche. » Alessandro Trotta reconnaît qu’au-delà du folklore, « les supporters ne sont pas assez cadrés politiquement. On s’en rend compte quand on les entend parfois faire référence à Staline ».

« Reviens Grosse Moustache ! »

Staline, Niccolo Gherarducci (22 ans) l’arbore sur son tee-shirt. Mais sous la figure du dictateur soviétique, l’expression « Adarveni Baffone ! » (« Reviens Grosse Moustache ! ») explicite la dérision. Niccolo est supporter de Livourne et responsable de Jeunes communistes à Rosignano, une commune voisine. Lui aussi explique que si « la plupart des supporters sont sympathisants, très peu s’engagent dans un parti politique ». Et pour cause, selon lui : « L’État essaie d’enfermer la contestation dans les stades, en mettant en avant la violence des ultras, qui ne font souvent que répondre aux provocations policières. »

Ce soir-là, l’ambiance est plutôt bon enfant dans les travées du stade Picchi qu’une petite dizaine de milliers de spectateurs remplit à moitié. Au bas du virage nord, une banderole rend hommage en français aux deux supporters de l’Olympique de Marseille décédés deux semaines auparavant dans un accident de car. Les ultras de Livourne ont des liens avec des groupes de supporters d’extrême gauche de l’OM, de l’AEK d’Athènes ou encore du FC St-Pauli. Le fameux internationalisme prolétarien… À l’inverse, Riccardo assure qu’« à Livourne, personne ne supporte l’équipe nationale. »

En revanche, samedi, tout le monde est sur le pont pour faire face, à Pise, l’ennemi héréditaire. Les chants des ultras livournais ont accompagné ce derby comme à son habitude très engagé (5 cartons jaunes à 3, pour les locaux). La folie a gagné les tribunes quand Diamanti a ouvert le score sur penalty à la 73e minute. Une joie vite douchée sept minutes plus tard par l’égalisation adverse de Genevier… sur penalty. À l’issue de cette quatrième rencontre de la saison, Livourne se retrouve sixième ex aequo de série B, à quatre points du leader Albinoleffe. Difficile après ça d’entonner le festif et traditionnel Bella Ciao. Ce sera pour plus tard. Pour la révolution, ou, plus certainement, la remontée en première division.

http://www.humanite.fr/2008-09-22_Sports_A-Livourne-la-vie-en-rouge


No politique ?

L'Huma = Gauchiste

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Konekzioa le Dim 19 Oct - 4:36

google69 a écrit:

No politique ?

L'Huma = Gauchiste

L'Huma, un journal de gauche ? Boh, tu me scies en deux, là... T'en as d'autres des infos exclusives comme ça ?

Konekzioa

Nombre de messages : 21
Club : Athletic Bilbo
Tribune / Groupe : talderik gabe

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Maridze 34 le Lun 20 Oct - 7:44

L'Humanité est le journal Communiste à part entière il n'y a qu'à le lire pour s'apercevoir du parti pris.
Mais Livorno c'est quand même exceptionnel tous ce monde vêtu de rouge un des rare club qui a des ultras gauchos en Italie, ça fait plaisir à voir un peu
Maridze 34
Maridze 34

Nombre de messages : 1
Age : 38
Club : MHSC
Tribune / Groupe : BP91
* : Médias parlant des Ultras 859tc2

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Marley le Jeu 13 Nov - 17:02

Marley
Marley
Modérateur

Nombre de messages : 431
Club : Team Tribune - Ultra
* : Médias parlant des Ultras Tuboutonxy5

Revenir en haut Aller en bas

Médias parlant des Ultras Empty Re: Médias parlant des Ultras

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser